Après le « Printemps des Poètes », les Gens de Plume continuent à s’amuser…cette fois-ci Colette LAVILLE-DEREAU a proposé la création de textes phonétiques sur OUILLE. Regardez le résultat !

Gratouille cherche sa maman

Plein d’idées s’embrouillent dans ma tete. Je fouille pour en sortir une. C’est l’histoire d’une grenouille au Parc Richard Pouille et du hérisson Gratouille.

Les oiseaux gazouillent alors que la fée Nique-Douille tisse sa quenouille près de Fripouille le chat qui d’habitude est toujours en vadrouille. Passe Gratouille le petit hérisson qui cherche sa maman et interroge la grenouille.

– Tu n’as pas vue ma maman dans la rivière ?

– Tu me prends pour une nouille ? Les hérissons ne savent pas nager Elle lui envoie un jet d’eau Sa petite bouille est toute mouillée et il pleurnichouille.

Plus loin il rencontre Gribouille le lapin qui revient d’un champ de fenouils et se grouille pour retrouver son terrier

– Tu n’as pas vu ma maman ? interroge Gratouille

– Si, je l’ai vue près du gardien qui verrouille la grille pleine de rouille.

Gratouille saute par-dessus les citrouilles et court vite se jeter dans les bras de sa maman Patouille qui le débarbouille avant de lui faire plein de chatouilles et de bisouilles.

Ouille mon conte est fini Quelle embrouille !

Colette Laville-Dereau

Petite  bafouille

A vous voilà cher Arsouille

Entrez ! Ne faites pas l’andouille

A voir votre petite mine grisouille

Sans doute aviez vous la trouille

Que je vous condamne, vous et vos magouilles

Allez ! Arrêtez de jouer le coquefredouille

Oublions nos embrouilles

Mais j’entends votre estomac qui gargouille

Que diriez vous de quelques cuisses de grenouilles

Agrémentées d’un bon plat de nouilles

Et pour terminer, une petite bistouille

Après ? Que nenni chère fripouille

Oubliez les tripatouilles, chatouilles et autres papouilles

Je crois que ce soir vous repartirez bredouille.

Michèle Massé

 

J’étais dans mon jardin pour cueillir une citrouille lorsque j’aperçus toute une patrouille de chenilles de couleur rouille qui s’apprêtait à manger mes salades

Ouille !mais où est donc Gribouille mon ami le hérisson ?

Encore en vadrouille ! Quel fripouille !

Il va se priver d’un festin .quel andouille !

L’orage menace ,avant que je me mouille ,il faut que je me grouille !

Je vais les faire frire comme des nouilles et il se contentera de cette ratatouille !

QUELLE MAGOUILLE…..

Michèle Gavat

 

Nouilles à la rouille ?

L’orage approche, des gros nuages pétouillent, les éclairs me donnent la trouille ! Mais mon ventre gargouille, ça me chatouille de faire une ratatouille. Je fouille dans mes recettes, sur un papier les denrées je gribouille…ensuite je me débarbouille et sors chercher de quoi remplir ma tambouille.

En voyant ma liste l’épicier bafouille :

– Madame, ce serait de la magouille si je vous vendais de la citrouille et du fenouil pour faire une ratatouille !

– Ouille, c’est quoi cette embrouille, je me suis trompée de recette ? Quelle andouille !

Pour ne pas rentrer bredouille, un peu de débrouille…j’achète alors un paquet de nouilles. C’est plus facile, il suffit d’attendre que l’eau bouille…et je les mangerai avec un poisson à la rouille.

Et voilà la pluie ! Je me grouille, il ne faut pas que je me mouille.

Maria-Augusta Daroux

 

Nous ne pouvons pas aller au musée, le musée vient à nous…on se promène entre les sculptures du Musée du Louvre pour suivre la conteuse qui narre l’histoire  de Cupidon, Apollon et Daphne..un régal pour les petits et les grands! (durée : 6 min).

COMMENTAIRES ICI

Viviane AUVEILER est une des poétesses  des « Gens de Plume » de l’AAAHV. Plusieurs fois primée dans des concours littéraires régionaux et nationaux, elle vient de sortir  deux livres intitulés « Amours&Des-Amours » et « Au Fil de Mes Rêveries & de Mes Larmes« . Avant de nous faire connaître les détails de ces parutions, Vicky se présente :

« Je suis née à Nancy. Mon père était musicien et j’ai passé une partie de mon enfance à le suivre dans ses concerts.

A l’âge de 4 ans, je suis entrée au cours de danse mais dès que j’ai su lire, je me suis prise de passion par la littérature. Les « Malheurs de Sophie » est le premier livre que j’ai lu.

J’ai écrit ma première poésie quand j’avais 9 ans « Le Petit Crocodile ».

Viviane Auveiler

L’auteure nous parle d’Amour&Des-Amours  :

« En 2019, en fouillant dans un tiroir, j’ai retrouvé une vieille lettre d’amour qui m’a inspiré ce roman épistolaire, librement adapté d’une histoire vraie »,… « est un roman plein de rebondissements, parsemé d’intrigues, de rivalités, de secrets, de bonheur et de déceptions mais c’est avant tout une bouleversante histoire d’amour entre deux êtres au coeur brisé » (voir la lettre primée extraite de ce livre).

Titre : Amour&Des-Amours
Auteure : Viviane Auveiler
Parution : 2021
Éditeur : auto édition
Format : 21,9cm x 29cm
Nombre de pages : 146
Prix : 15 €
Contact : viviane.auveiler@yahoo.com

 

Et à propos d’ Au Fil de Mes Rêveries & de Mes Larmes :

« Des récits de poésie inspirés sur mon ressenti et mes émotions du moment, entre 2018 et 2020. Une cinquantaine de textes répartis par thèmes en 2 tomes, dont certains ont été primés :

Tome 1 : Au fil de mes rêveries & de mes larmes

Tome 2 : Il suffirait d’un peu d’amour – textes concernant la vie moderne au temps de la technologie mais aussi des poèmes méditatifs (voir la description complète sur le dos de couverture)

Titre : Au Fil de Mes Rêveries & de Mes Larmes
Auteure : Viviane Auveiler
Parution : 2021
Éditeur : auto édition
Format : 21,9cm x 29cm
Nombre de pages : 104
Prix : 15 €
Contact : viviane.auveiler@yahoo.com

 

 

LISTE DES PRIX REÇUS PAR VIVIANE AUVEILER (2018-2021)

Découvrez ses textes primés :

Septembre est arrivé !*

Recueil de textes de Viviane Auveiler*

Dis-moi, mon coeur*

*@Les textes sont protégés par le droit d’auteur, toute copie est interdite.

 

COMMENTAIRES ICI

 

Un sms reçu un dimanche matin par notre Poétesse Gudule qui m’écrit : « Aujourd’hui je sens que je vais m’ennuyer » Mon retour : « Moi aussi » Alors nous allons prier nos Saintes préférées. Pour Gudule Ste Fainéante et pour moi Ste Oisiveté qui me correspond en ce moment puisque sans association. Je prie aussi celle que je vénère de plus en plus Ste Glandouille et Gudule m’avoue qu’elle aussi l’aime bien. Et vous mes Soeurs et Frères Poètes, quelle Sainte ou Saint a votre préférence en ces temps bizarres de confinement, déconfinement, de distances, de Désirs ou de non Désirs ? Bien sur il y a St Espoir, St Projets, mais ils me fatiguent et en plus ne sont pas fiables en ce moment. Je retourne me blottir dans les bras de Ste Glandouille en attendant de lire vos choix de Saintes ou de Saints Votre défi ? Me faire entrer dans les pas d’une Sainte active. Mes biens chères Soeurs, mes biens chers Frères Poètes trempez votre plume d’ange dans l’encre rose du Désir pour invoquer votre Saint ou Sainte.

Colette Laville-Dereau

 

Il faut que je l’avoue, ma vraie vie a commencé le jour…. où une amie m’a offert une image d’Epinal représentant Sainte Fainéante, la bonne patronne des paresseuses.

Depuis ce jour, j’entends une douce voix qui me susurre à l’oreille : « Remets toujours au lendemain ce que tu pourrais faire le jour même ». Je m’efforce bien sûr de suivre ce précepte à la lettre.

Et mon bonheur est devenu complet avec le confinement.

 « Pourquoi faire le ménage puisque personne ne vient plus chez toi ? » m’a soufflé la sainte le jour où j’ai maladroitement bousculé son tableau avec mon plumeau.

« A quoi sert de te donner tant de peine pour une attestation et … trois fois le tour du quartier en une heure chaque jour ? a soupiré la voix de la sagesse alors que je pestais contre l’imprimante qui refusait obstinément de me livrer l’imprimé.

D’ailleurs, elle me demande à l’instant à quoi sert d’écrire à son sujet. Elle a raison, je vais vite conclure le propos.

Donc, je suis maintenant totalement dévouée à ma sainte protectrice, et je passe mes journées dans une paisible oisiveté qui me ravit. Vous me dites que je suis un mauvais exemple. Je m’inscris en faux. De nombreux auteurs ont fait l’éloge de la paresse. Les vers du poème de Saint-Amant me reviennent à l’esprit :

… « Je rêve dans un lit où je suis fagoté

Comme un lièvre sans os qui dort dans un pâté… »

Ils sont très justes en ce qui me concerne d’ailleurs. C’est vrai que je ressemble de plus en plus à … un pâté.

Gudule

 

Sainte Espérance ou Sainte Patience ?

Entre les deux mon cœur balance…

J’invoque aussi Sainte Science

Lui demandant une clairvoyance sans nuances,

Pour mener ce virus à sa décheance,

Délivrer les sourires et l’insouciance,

Libérer de ses masques l’ambiance,

Laisser la joie entrer dans la danse.

 

Margaux

COMMENTAIRES ICI

Ci-dessous un lien conduisant à une exposition virtuelle de peinture animalière à laquelle participe Arlette THIERY de notre atelier pastel. Cette expo est aussi un concours. Après visionnage, vous pourrez voter si vous le souhaitez. Pour voter, laissez un commentaire sur Youtube avec le nom de l’artiste choisi.

COMMENTAIRES ICI

Aujourd’hui vaccination. Lequel as- tu choisi ? M’a-t-on demandé. Je n’ai rien demandé et j’ignorais que l’on pouvait choisir. Arrivée au Centre, le nom était inscrit sur ma fiche. Donc vous le voyez impossibilité de choisir. Tout s’est bien passé. Plus tard, chez moi quelques symptômes : manque de concentration, les idées vagabondes, pas d’énergie pour faire quoi que ce soit. Revêrie, imagination, refaire le film. Mal au bras ? Fièvre ? Courbatures ? Je ne comprends pas vos questions. De quoi me parlez-vous ? Ah oui bien sur j’ai oublié de vous dire que je ne parlais pas du vaccin mais du super beau médecin qui s’est occupé de moi Laissez moi rêver . . .

Colette Laville-Dereau

Tous les « Billets de Colette » ICI

COMMENTAIRES ICI