Paysage du Montana de Claudine Miller

Les activités des ateliers reprendront bientôt !

Donc, notre blog communautaire « La vie continue« , conçu pour maintenir la liaison entre les adhérents de l’AAAHV pendant la période d’éloignement physique, ferme ses portes. Merci beaucoup à tous ceux qui ont envoyé leurs contributions et aussi à ceux qui le visitent.

Aucune des œuvres reçues n’a été retirée du site, on le garde précieusement ce patrimoine de l’association. Tout le contenu du projet « La vie continue » reste accessible à partir de la barre latérale, ainsi que de la rubrique «Réalisations» du menu principal.

À partir de maintenant les nouveautés seront placées sur la page «Actualités». Toutes les autres pages du site seront aussi régulièrement mises à jour en fonction des événements de l’année.

À bientôt !

Michèle Gavat nous présente ses 2 livres parus récemment : « Nouvelles et Poésies » et « Contes de Michèle » (ce dernier a été sélectionné pour être sur Le Livre Sur la Place 2020, ce qui n’a pas été possible à cause des contraintes sanitaires). C’est une opportunité pour apprécier une belle Plume de notre association, qui a d’ailleurs plusieurs talents :

« Plutôt touche à tout, j’aime expérimenter de nombreuses pratiques artistiques.

Après la peinture, la sculpture, le chant, le vitrail, le piano, je découvre l’écriture, la poésie.

Autre façon de dire « voyez j’existe, ne m’oubliez pas »

 Voici les 2 ouvrages :

Titre : Nouvelles et Poésies
Auteure : Michèle Gavat
Parution : 2020
Éditeur : auto édition
Format : 21cm x 15cm
Nombre de pages : 54
Prix : 7 €
Contact : michgav@sfr.fr

« Chaque nouvelle est suivie d’un poème,
il a été édifié en partie grâce aux exercices
pratiqués au club »

 

Titre : Contes de Michèle
Auteure : Michèle Gavat
Parution : 2020
Éditeur : auto édition
Format : 21cm x 15cm
Nombre de pages : 65
Prix : 10 €
Contact : michgav@sfr.fr

« Illustré »

COMMENTAIRES ICI

Le livre « Nuances de Poésies Amoureuses » de Colette Laville-Dereau a reçu le 1er prix dans la catégorie « Recueil de Poésies Érotiques » à l’APPEL (Association des Peintres Poètes Écrivains Landais) à Biscarosse.

Colette, née dans le Berry, est auteure, poète, parolière, conteuse, illustratrice et comédienne. Elle a été de nombreuses fois primée  dans des concours littéraires nationaux et internationaux pour des poésies, contes, nouvelles, livres édités tant pour adultes que pour enfants, en Français et en Occitan. Elle est aussi l’animatrice de l’atelier « Gens de Plume » de notre association.

Ce recueil de 66 nuances de poésies érotiques, qui a comme couverture un pastel de Colette, a été sélectionné pour être présenté au chapiteau du Livre Sur la Place 2020, ce qui n’a pas été possible à cause des contraintes sanitaires. Néanmoins, il peut être obtenu directement auprès de l’auteure :

Titre : Nuances de Poésies Amoureuses
Auteure : Colette Laville-Dereau
Parution : 2020
Éditeur : ICN
Format : 21cm x 15cm
Nombre de pages : 66
Prix : 12 € (frais de port compris)*
Contact : cdereaulaville@yahoo.fr

*pour La France métropolitaine

COMMENTAIRES ICI


En raison des contraintes sanitaires dues au Covid-19, qui ont limité l’accès du public aux rencontres avec les écrivains lors de cette 42e édition du Livre sur la Place 2020, beaucoup de ces événements ont été filmés et diffusés en direct sur leur chaîne Youtube et sur Facebook.

Les vidéos resteront en ligne et pourront être vus en rediffusion, sauf la lecture de clôture avec  Juliette Binoche.

Pour voir les vidéos en rediffusion cliquez ICI .

 
COMMENTAIRES ICI

En attendant la reprise des ateliers bientôt, nous pouvons apprécier (ou essayer) l’art du pliage grâce à cette vidéo qui nous a été envoyée par Marie-Madeleine Naudon : amusant et utile ! (cliquez sur l’image ci-dessus pour y accéder).

COMMENTAIRES ICI

En vue d’améliorer la visibilité et de mettre en valeur les photos de vos œuvres que vous avez eu la gentillesse de partager avec les autres membres de l’AAAHV pendant cette période d’éloignement physique, la galerie pour leur présentation a été réarrangée de façon à donner une vision générale et faciliter l’accès par auteur et par technique.

L’ordre des miniatures sur la page est aléatoire, à chaque fois que vous entrerez dans la galerie il sera différent.

N’hésitez pas à cliquer sur les photos pour les voir en grand format et surtout, nous vous serions reconnaissants si vous nous communiquiez (dans les commentaires ou par e-mail) les possibles erreurs ou omissions  ou si vous rencontriez des difficultés à naviguer dans la galerie.

Pour y accéder, cliquer sur l’image ci-dessous :

COMMENTAIRES ICI

Les GP au Parc Richard Pouille   Photo: Odette LE GARREC

Merci d’être venus à notre réunion estivale au parc Richard Pouille malgré les contraintes imposées par les barrières de sécurité.Le masque a gêné certains, mais moi, malicieuse, j’y ai vu un avantage, il nous a fallu parler plus fort.

Les douces voix ont dû monter le son et surtout a fallu articuler, ce que nous zappons trop souvent en temps normal.

Toujours trouver du positif dans le négatif c’est mon credo.

J’ai été très heureuse de vous retrouver après ces 4 mois d’isolement et vous n’êtes pas venus en touristes : haïkus, onze, limericks, poésie se sont envolés après ces mois où vous avez créé les devoirs demandés. Bravo. Du fond du cœur merci.

 

Un rêve de Bonheur

Avec les Gens de Plume

Sous le ciel d’été

 

Colette Laville-Dereau

COMMENTAIRES ICI

Parc Richard Pouille à Vandoeuvre      Photo: MarieThérèse SEILLER

Quelle coïncidence : deux réunions de plumes près de la buvette du parc Pouille le samedi 8 août !Après le bain matinal, le gang des palmipèdes se rassemble pour une rave – oh pardon – pour une green party pendant que les poètes de Gens de Plume se faufilent masqués d’ombre en ombre, les yeux rivés sur la robe rouge de leur muse pour une première séance après le confinement. Très vite, pendant que les uns livrent à leurs amis les délicates rimes composées pendant la période d’isolement, les autres se régalent de l’herbe la plus tendre de tout le parc. Nourritures célestes et terrestres en parfaite harmonie, le mouvement des becs soulignant le rythme des alexandrins dans un accord parfait.

Vision paradisiaque, certes, mais vous savez, chers lecteurs, qu’il n’y a pas d’histoire digne de ce nom sans la présence du méchant.

Perché sur une branche comme à son habitude, il est là, ruminant sa rage, sous les rayons brûlants du soleil qui allume des éclats d’acier sur ses plumes. Cet endroit lui appartient, c’est ici qu’il déguste les reliefs du repas de midi des hôtes de la buvette. Or, les poètes occupent tout l’espace, un par banc. Et le corbeau sait bien qu’ils vivent d’amour et d’eau fraîche, donc il n’a rien à attendre d’eux. De plus, il éprouve une haine viscérale depuis que l’un d’entre eux a raconté une histoire abracadabrantesque de renard et de fromage qui le fait passer pour un vaniteux stupide, un naïf incorrigible, et en fait pour l’idiot de la forêt. D’autre part, il exècre également l’autre groupe : ces becs plats, ces pattes palmées, ces êtres si différents de lui. Il les jalouse aussi férocement quand il les voit nager élégamment sur la pièce d’eau ; il ne peut hélas les suivre dans l’eau pour attraper les morceaux de pain lancés par les passants.

Vous sentez bien, chers lecteurs, que la suite peut être terrible. Je ne vous fais plus attendre.

Soudain, le plus beau des palmipèdes, le cygne noir au bec écarlate, est tellement touché en entendant un poème d’amour qu’il applaudit à toute volée en ouvrant magistralement ses ailes immenses. Un murmure d’admiration parcourt l’assemblée devant la prestance de l’animal et la blancheur immaculée cachée sous son plumage. C’en est trop pour notre corbeau tout noir, il explose et pousse son cri de guerre rauque et surpuissant au moment où une charmante poétesse commence à déclamer son texte. Elle va s’arrêter et prendre peur, pense-t-il. Pas du tout, elle le fait taire pendant que la docte assemblée fait sentir son hostilité envers l’animal.

Dénouement heureux, direz-vous, pour les héros sympathiques que sont nos deux groupes. Eh bien, pas du tout. Un chien surgit et les oiseaux de l’étang s’égaillent, des nappes rouges commencent à envahir les tables et les amis de Gens de Plume s’esquivent.

Le corbeau ricane de joie, tout comme ce diable de soleil là-haut qui brille cent fois plus fort pour la circonstance.

Marie-Thérèse

COMMENTAIRES ICI

Les GP au parc Pouille        Photo : Odette LE GARREC
Au parc, il et elles se sont retrouvés un bâillon sur la bouche.
Ce tableau avait quelque chose d’un peu louche.
Quel était ce nouvel us?
Mais c’est le coronavirus!
Celui qui peut te faire très mal dès qu’il te touche.

Marie-Madeleine

COMMENTAIRES ICI