Portrait choisi par Anièle G.

Henri Gervex ( 1852- 1929), affectionne les toiles de grande dimension. (130x250cm).

Il nous livre ici un portrait très élégant de sa fille Colette, en tenue d’hiver, avec de multiples détails charmants, qui créent l’harmonie d’ensemble.

Il fit plusieurs portraits d’elle, toujours hyperréalistes, dont un Colette priant qui la représente enfant.

Portrait de Colette par Henri GERVEX

Peintre académique et pastelliste a la facture éblouissante, qui fut tout particulièrement apprécié par des parisiennes fortunées.  

Il fit aussi quelques scènes de genre, dont un Bureau de bienfaisance à la Mairie du XIX è arrondissement de Paris, et un Panorama du siècle  pour l’Exposition universelle de 1889. 

Si vous voulez « décorer votre intérieur avec des reproductions de tableaux haut de gamme », vous pouvez vous procurer ce portrait en poster !  

COMMENTAIRES ICI

Cet article inaugure une nouvelle série qui va décrire, pour chaque participant, le résultat des travaux basés sur la visite de l’atelier « Liberté Couleurs » au Musée de Beaux Arts à NancyClaire Brunner, responsable de cette initiative, nous explique la démarche et nous présente l’œuvre qui a été son choix personnel.

« Onze personnes ont participé à cette expérience au MBA le 4 avril. Une semaine plus tard, nous avons partagé nos découvertes sur ordinateur, en salle Le Provençal.

Il fallait choisir une œuvre, ( peinture, sculpture ou objet ), en faire un croquis, chercher des renseignements sur le peintre et faire découvrir son choix aux autres le 11 avril. »

Portrait d’une jeune femme tenant un livre ouvert de Lavinia FONTANA

« J’ai choisi un portrait que je n’avais jamais vu ( et pourtant j’ai travaillé au Musée des Beaux Arts pendant 17 ans). 
Il est entré au Musée des Beaux Arts avec la donation Poirel en 1882. Il était donc dans les réserves. 
Jusqu’au XIX e siècle, les femmes/artistes qui signent de leur nom sont rares ! On dit UN peintre ! Le mot est masculin – ce qui en dit long sur la non reconnaissance des femmes artistes ! 
Lavinia Fontana, (c’est l’artiste, italienne de Bologne – 1552/1614) a peint une femme jeune, belle et riche dont on ne connaît pas l’identité. La délicatesse des dentelles et les nombreux bijoux parlent d’eux mêmes  ! 
Une maîtresse femme que Lavinia ! Elle se marie à 25 ans, met au monde 11 enfants et devient un peintre si célèbre que son mari, Juan Paolo Zappi, peintre  lui aussi, va renoncer à sa carrière au profit de celle de sa femme ! Il gère ses contrats ! »

Claire Brunner

COMMENTAIRES ICI

Le 24 mai dernier, l’atelier « Sculpture » de l’AAAHV, sous la direction d’Agnès Dagrenat et Dominique Michaud, a eu l’honneur et le plaisir de recevoir la visite de René Stref, sculpteur et peintre, artiste renommé et animateur de l’atelier de sculpture de l’Association des Artistes Lorrains.

Lors de cette journée, René Stref n’a pas épargné ses conseils, en analysant le projet de chacun des sculpteurs présents, et en apportant son avis et de précieux « coups de main » pour les faire avancer.

Il a montré aussi que des objets « inattendus », tels que le couteau de cuisine, la gouge pour la sculpture du bois, le marteau du cordonnier, les outils chirurgicaux, peuvent être de grande utilité dans la sculpture sur pierre.


Merci M. René Stref pour votre gentillesse et pour cette journée riche d’enseignements !

COMMENTAIRES ICI

Afin de de poursuivre la collaboration avec notre section histoire, demandée par le Cercle de l’Histoire de JARVILLE, instigateur de recherches sur l’eau dans les territoires limitrophes de JARVILLE, et commencée en 2023 avec la sortie « les ruisseaux de VANDOEUVRE » organisée par la section histoire, nous avons été invités à la balade « île du Foulon et la Meurthe à TOMBLAINE ».

La balade a eu comme objectif de parcourir le sentier d’interprétation du Foulon jusqu’au barrage de Jarville, en évoquant l’industrie qui y fut développée dès le 13e siècle :

– l’ancien moulin de TOMBLAINE, appelé aussi les grands Moulins (ne pas confondre avec les Grands Moulins Vilgrain)
– l’actuelle usine hydroélectrique
– deux belvédères sur la Meurthe
– le barrage (de JARVILLE ou de TOMBLAINE selon la rive sur laquelle on se trouve !)

Un endroit naturel préservé, très intéressant pour sa faune, une belle promenade, certes un peu boueuse, mais bien documentée par M. Patrick ROLIN (Cercle de l’Histoire de JARVILLE).*

Et voici quelques photos de la promenade :

Pour voir plus de photos cliquez ICI

*Photos et Texte : Bertille von Hatten

COMMENTAIRES ICI

L’approche des Jeux Olympiques a inspiré Claire Brunner,  elle a interprété en encre de Chine les différents styles de la natation :

Crawl par Claire Brunner
Papillon par Claire Brunner
Brasse par Claire Brunner

Technique : Encre de Chine (C’est pas des collages)

Dimensions : 61 cm x 40 cm

 « Et pas dans la Seine ! » 😓
 
Claire Brunner

COMMENTAIRES ICI

Le samedi 20 avril dernier, les Gens de Plume ont présenté leur récital de poésies annuel au Grand Salon du Château du Charmois, devant un public nombreux.

Sous la direction de Colette Laville-Dereau, les poètes ont puisé leur inspiration dans les musiques de la mer et de la forêt, des gitanes et des sirènes, de la valse, de la java ou du rap…pour les faire rimer ou décliner en onze, en pastiche ou en récit de vie, sublimés par la guitare de Pierre Seruya et le diaporama de Dominique Lacorde.










Pour l’occasion, le décor du Château du Charmois a suivi le thème du récital, habillé par les créations des ateliers de peinture et de sculpture de l’AAAHV, sous les direction de Claire Brunner et Agnès Dagrenat :


Le public n’a pas été oublié. Chacune des personnes présentes a reçu un marque-page en souvenir de l’événement, tandis que les plus chanceuses ont eu un cadeau en lien avec la musique par tirage au sort.


Et voici les poètes et le musicien qui ont illuminé ce samedi d’avril avec leurs créations :

De gauche à droite : O’Breizh, Josette Vandas, Djamel Bouchakri, Marie-Madeleine Naudon, Colette Laville-Dereau, Michèle Massé, Marc Soude, Pierre Seruya (musicien) et Bernard Lutcran. Poètes participantes au récital absentes sur la photo : Catherine Soude et Michèle Toussaint

Bravo Les Artistes, vivement le récital de l’année prochaine !

Photos : Dominique Lacorde et Catherine Soude

CLIQUEZ ICI POUR VOIR PLUS DE PHOTOS DU RÉCITAL
CLIQUEZ ICI POUR VOIR LA VIDÉO DU RÉCITAL

 

COMMENTAIRES ICI

Voici quelques photos de l’exposition « Joseph Gilles, dit Le Provençal » organisée par Dominique Lacorde, membre de la session Histoire de l’AAAHV, qui a lieu à la salle Dinet de la Ferme du Charmois du 16 au 21 avril 2024 de 14h à 18h. Les photos sont de Bertille von Hatten.

Voir aussi :

Conférence « Joseph Gilles, dit le Provençal »
Compte-rendu de la réunion de la section Histoire du 15/04/2024

COMMENTAIRES ICI

(utilisez les flèches pour voir les autres slides)

Le mardi 16 avril 2024, le Château du Charmois a fait salle comble pour voir la conférence « Joseph Gilles, dit Le Provençal », présentée par Dominique Lacorde, membre de la section « Histoire » de l’AAAHV. Voici les éléments présentés par le conférencier, suite à des recherches auprès des sites concernés et des fonds culturels de la région :

« Le Provençal » est un personnage « oublié » de l’histoire régionale, qui néanmoins a été peintre de ducs de Lorraine Léopold I et Stanislas Lezczwinsky et bâtisseur du premier Château du Charmois.

Joseph Gilles est né à Nancy dans une famille aisée et très tôt il a montré ses talents du peintre. Parti à Rome pour ses études, il est resté en Italie pendant 5 ans. De retour en France, il est devenu le peintre officiel des ducs de Lorraine, de Léopold I à Stanislas Leszczynski :

(utilisez les flèches pour voir les autres slides)

Il a décoré l’Opéra que Léopold I a fait ériger à Nancy (aujourd’hui détruite), les châteaux ducaux et l’abbaye de Senones, ainsi que d’autres châteaux et églises, notamment l’église Notre Dame de Bonsecours, à Nancy :

(utilisez les flèches pour voir les autres slides)

Habitant du village de Vandoeuvre, il a bâti le premier Château du Charmois. Construit entre 1726 et 1728, il y a habité jusqu’à sa mort en 1749. Ensuite, pendant la Révolution, le château a été divisé en 5 lots et déclaré bien national. Depuis, il a passé par la main de plusieurs propriétaires. En 1890, François-Jacques Jeanpierre a fait ériger le manoir actuel, qui est resté dans sa famille jusqu’à 1981, quand il est devenu propriété de la ville de Vandoeuvre, qui l’a transformé en espace culturel :

(utilisez les flèches pour voir les autres slides)

 

L’exposition « Joseph Gilles, dit Le Provençal » reste ouverte jusqu’au 21 avril 2024 à 18h à la Salle Dinet de la Ferme du Charmois (2 Avenue du Charmois ou Allée Jean Legras à Vandouvre).

Images : Dominique Lacorde et Bertille von Hatten (tous droits réservés)

COMMENTAIRES ICI

L’atelier « Gens de Plume« , dirigé par Colette Laville-Dereau, présentera son traditionnel récital annuel le 20 avril prochain à 14h30 au Château du Charmois à Vandoeuvre, inspiré par la poésie de la musique.

En voici les détails, sur l’article de l’Est Républicain paru le 16 avril 2024 :

COMMENTAIRES ICI