Et il y a du nouveau. Les dirigeants, soucieux du moral de nos concitoyens, tout autant que du bien-être de nos animaux de compagnie, ont pris un décret lumineux : ne sont désormais plus autorisées à sortir que les personnes accompagnées de leur animal de compagnie.

Et notre chat, qui a finalement décidé de rentrer chez sa maîtresse, remonte maintenant la rue. Il peut ainsi reconnaître Michel-Albert, dit Bébert, qui traîne sa petite poule blanche au bout d’une ficelle. Marie, elle, est traînée par son chien dans une course folle. Maria qui a emprunté le canari de son voisin suit le vol de l’oiseau d’un œil embué par la nostalgie des grands oiseaux chamarrés de son Amérique natale. Un policier, plus loin, vient en aide à un automobiliste qui a oublié son animal de compagnie en collant un papillon sur son pare-brise. Quelle belle image d’harmonie sereine !

Bien involontairement, notre chat vient troubler ce tableau idyllique. Quelqu’un a vu qu’il était seul ; enfin un animal à promener ! Le chat voit le piège se refermer. Il bondit avec toute la force de ses quatre pattes, l’autre de ses deux jambes. Une poursuite s’engage. Tiens, le jogging derrière un chat est certainement autorisé, pensent d’autres quidams qui s’engagent dans la course à la suite de quelques enfants trop heureux de pouvoir se dégourdir les jambes. Le sifflet entre les lèvres, la maréchaussée à son tour donne le rythme de la course.

Grâce aux chutes, aux glissades sur… oui, vous avez compris, la horde des poursuivants est ralentie et notre chat arrive, essoufflé certes, mais libre, chez Madame Huant. Il va pouvoir certainement pouvoir faire une bonne sieste.

Écrit par Gudule

Suite => Épisode 8

Voir tous les épisodes du feuilleton « LE CHAT DE MADAME HUANT » ICI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *