Quoique rassuré sur le danger qu’aurait pu courir Madame Huant, notre chat a passé une mauvaise nuit. Une question le taraude : pourquoi amasse-t-elle autant de provisions ?

Ce matin, elle s’apprête à sortir. Mais pourquoi cache-t-elle le bas de son visage avec un linge blanc, on dirait un masque. Toujours aussi subtil, il raisonne par comparaison et déduction. Zorro est masqué. Madame Huant va-t-elle partir sauver la veuve et l’orphelin ? Les malfrats  dissimulent aussi leur visage pour ne pas être reconnus. Sa maîtresse est-elle en quête d’un mauvais coup ? Est souvent donné aussi le conseil ; sortez couverts ; Mais il semble que ce conseil pertinent s’adresserait plutôt aux hommes qu’aux femmes.

Perplexe et curieux, il décide de la suivre. Surprise ! Devant le supermarché, une foule se presse,  chariot contre chariot, dans un tohu-bohu d’imprécations, d’invectives, de hurlements, de pleurs de bébés. Les yeux exorbités, la langue pendante, le cheveu en bataille, elle attend l’ouverture. C’est du Zola, pense-t-il. Il a perdu de vue Madame Huant qui s’est glissée dans ce groupement héroïque. La porte s’ouvre, les chariots s’entrechoquent, les pieds s’écrasent, les coups pleuvent, le sang coule, non, pas encore, mais c’est notre chat qui l’imagine.

Il se glisse comme il sait si bien le faire, mais… Oh! La sale bête ! Et un colosse planté à l’entrée du magasin lui assène un coup de pied violent sur une partie délicate de sa personne que notre exquise éducation nous interdit de nommer plus précisément…

Quand Madame Huant rentre, on voit bien qu’elle est allée au supermarché car elle a un œil au beurre noir, les genoux en compote et la tête comme une citrouille, elle rapporte aussi une demi-palette de yaourts et une dizaine de fromages alsaciens fortement odorants. Je n’ai pas pu te rapporter de lait, soupire-t-elle à notre chat sans remarquer le gonflement suspect de la partie délicate citée précédemment. Eh oui, c’est la guerre comme l’a dit le président, a-t-elle ajouté dans un avant-dernier souffle avant de retrouver son siège entre boîtes et paquets.

Note chat a compris, c’est vraiment la guerre, comme en 14-18, avec des tranchées dans chaque salon, dans les salles de bain, dans les caves et les greniers. Toujours aussi pertinent, il décide d’aller se coucher pour essayer d’oublier, en particulier ses deux énormes souffrances : celle qui atteint l’élément le plus précieux de son anatomie et celle qui va l’obliger à consommer ces yaourts qu’il déteste au lieu du bon lait habituel.

Écrit par : Gudule

N’hésitez pas à laisser vos commentaires ci-dessous

Voir aussi :

Suite : Épisode 4

Le regard du Chat de Madame Huant en ce printemps 2020 (1er épisode)

Le Chat de Madame Huant (épisode 2)

Un commentaire

  1. Il faut soigner ce chat absolument…car il peut y avoir urgence!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *